Voici Eleni, qui s'est réveillée d'un coma de 4 semaines après l'explosion de Beyrouth. Cette travailleuse migrante se dans la maison de son parrain à Mar Mikhael lorsque tout s'est effondré. Elle a perdu connaissance et a subi un traumatisme crânien massif et une blessure à la jambe.

A gauche, Karim Kattouf, un militant qui a aidé à la localiser grâce à notre plateforme au lendemain de l'explosion. On lui avait dit qu'Eleni avait été emmenée dans un hôpital inconnu, ce qui a été confirmé plus tard comme étant l'AUB. Karim et une ONG ont pris sur eux de suivre son cas et lui ont fait suivre une rééducation complète et une thérapie physique au centre Cheikh Khaled à Ouzai. Ils lui ont également trouvé un logement en la plaçant chez une femme qui a gentiment accepté de l'héberger en attendant son vol pour l'Éthiopie.

La survie d'Eleni est un véritable miracle et bien qu'elle soit maintenant de retour en Ethiopie, elle a tout perdu. Elle a perdu la capacité de pratiquer une activité physique (c'est-à-dire de travailler). Comme elle a été intubée, elle a perdu sa voix qui reste extrêmement faible. Elle a également perdu toutes ses économies et ses biens, qui ont été présumés volés ou perdus sous les décombres.

L'explosion de Beyrouth a tout pris à Eleni.

Avec un père décédé et une mère qui a besoin de soins médicaux, Eleni a besoin d'un coup de main. À cette fin, Locate Victims Beyrouth a créé une collecte de fonds destinée à aider Eleni à se remettre sur pied. Il est impossible d'inverser les effets de l'explosion de Beyrouth, personne n'a le pouvoir de le faire maintenant. Tout ce que nous pouvons espérer, c'est lui apporter un peu de clarté et de l'aide au milieu de tout le chaos qu'elle traverse.